AS LE TOUR DU PARC  : site officiel du club de foot de LE TOUR DU PARC - footeo

Les accidents musculaires

Les principales lésions

La Contracture

Le muscle ne retrouve pas sa longueur initiale après un exercice, d'où douleur. C'est la conséquence d'une activité anormale ou exagérée du muscle. Il n'y a pas de lésion. Elle n'arrive pas pendant l'entraînement (mais une heure ou deux après, ou le lendemain matin).

Thérapie : chaleur, massage et repos.

La Crampe

Contraction involontaire, brutale et douloureuse d'un groupe musculaire, généralement due à une sur utilisation du ou des muscle(s) concerné(s). Elle intervient pendant l'effort. Son origine est métabolique et elle est due à l'accumulation de déchets au niveau du muscle insuffisamment irrigué. Elle dépend de nombreux facteurs: surentraînement, mauvaise préparation physique, mauvaise alimentation, déshydratation... La douleur est brutale, intense et entraîne une impotence fonctionnelle totale. Elle dure généralement de quelques secondes à une minute.

Thérapie : Mise en extension forcée du mollet. S'il s'agit d'un autre muscle et en dehors d'une musculation spécifique, ce n'est pas une crampe. Dans ce cas, il ne faut pas manipuler. Il peut être intéressant de réaliser un massage léger, associé à l'étirement, afin d'augmenter le drainage vasculaire du muscle.

 Élongation

Elle intervient au cours de l'exercice. Généralement, ce n'est pas une douleur très importante, mais plutôt une impression d'étirement du muscle qui n'implique pas l'arrêt de l'effort, mais simplement sa limitation. Il n'y a pas de gros dégâts anatomiques. C'est l'inverse de la contracture, le muscle a été au delà de ses possibilités d'étirement.

Thérapie : Repos, pas de massage, mais plutôt de la glace et faire, si possible, de la physiothérapie. La guérison intervient entre 4 et 7 jours.

Le Claquage

C'est la lésion d'un certain nombre de fibres musculaires avec dégâts anatomiques.

Classiquement, son apparition est brutale et on la ressent en plein effort. Elle contraint à une interruption immédiate de l'activité.

Le diagnostic est souvent évident, l'individu étant coupé en plein effort.
Il arrive néanmoins que le claquage intervienne en deux temps : c'est le cas de l'athlète continuant son effort sur une élongation préalable, ce qui va entraîner un claquage. D'où, l'obligation de se reposer dès l'apparition de la moindre gêne musculaire en cours d'exercice. C'est un signal d'alarme qu'il est indispensable de respecter. Toute douleur qui persiste huit jours après sa survenue signifie que l'on avait affaire à un claquage. 

Le claquage touche le plus souvent les ischio-jambiers, mais peut survenir sur n'importe quel muscle, notamment le quadriceps crural et les jumeaux.

La Déchirure

Le muscle peut parfois se rompre totalement, c'est la déchirure musculaire qui est un accident très grave devant parfois être opéré.

Le claquage est dû à un dépassement des possibilités physiologiques du muscle ; dépassement souvent causé par un geste incorrect, en particulier dans son amplitude. (Exemple : le sprinter qui va "tracter" et être en lordose lombaire, ce qui implique une charge de travail trop importante incombant aux ischios).

Thérapie : Appliquer de la glace ou du froid immédiatement. Eviter surtout toute manipulation et faire un examen très sérieux par un médecin sportif.

 

 

 

Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 C.S. PLUNERET 13 6 4 1 1 0 15 5 0 10
2 SURZUR E.S. 11 6 3 2 1 0 14 7 0 7
3 VANNES AS.TO. 10 6 3 1 2 0 13 13 0 0
4 L.TOUR D.PARC 10 6 3 1 2 0 11 9 0 2
5 ST AVE ES 9 5 3 0 2 0 8 5 0 3
6 ET.S. MERIADEC 9 6 2 3 1 0 8 8 0 0
7 AV. THEIX 9 6 3 0 3 0 13 15 0 -2
8 U.S. ARRADON 8 5 2 2 1 0 9 8 0 1
9 AM.C.S. D OUTREMER D 8 6 2 2 2 0 15 14 0 1
10 ENT.S. PLESCOP 5 6 1 2 3 0 8 10 0 -2
11 L ELVINOISE 2 6 0 2 4 0 10 20 0 -10
12 LES AJONCS D OR ST N 2 6 0 2 4 0 5 15 0 -10